François Schuiten: découverte ou retrouvailles ?

François Schuiten, illustrateur, scénographe, explorateur et raconteur d’histoire, selon ses propres termes.

Je le redécouvre aujourd’hui sur France Culture où il vient parler de son dernier ouvrage, qui laisse rêveur à dire vrai. J’explique: il avait effectué une série d’illustration pour un projet de jeu vidéo, abandonné ensuite. L’artiste, fasciné depuis longtemps par l’écrivain Jacques Abeille, lui a soumis ses dessins délaissés. De là naquit un livre,Les Mers Perdues, fait d’écrits tissés autour des dessins de Schuiten, une histoire d’explorateurs. Je suis assez séduite par cette idée de mots venant jouxter des images, c’est quand même plus rare dans ce sens là… Bref, ma curiosité étant émoustillée, me voilà googlant ce monsieur, et je m’aperçois qu’il ne m’est pas étranger finalement: L’Enfant penchée, un album réalisé en 1996, hante les étagères chez mes parents. Je dis "hante" à propos, car c’est un livre mystérieux et même plutôt flippant, que j’ai même refusé d’ouvrir pendant quelques années, tant la couverture me semblait inquiétante. Le titre est explicite, il s’agit bien de l’histoire d’une enfant penchée, qui devient bête de foire pour le corps médical, et s’enfuit à la recherche d’un monde penché où elle ne serait plus un monstre. Génial! (vraiment. Je l’ai lu plusieurs fois après avoir compris qu’il ne me serait jamais vraiment possible de ne pas ouvrir un livre inconnu, aussi effrayant puisse t’il paraître de l’extérieur… Et après on nous apprend que la curiosité est un vilain défaut… Non mais j’te jure).

Et ce n’est pas tout, François Schuiten est aussi scénographe, et a travaillé entre autre sur les tournages des films de Jaco Van Doarmel : Mr Nobody, sorti l’année dernière, mais si! Avec Jared Leto et ses vies alternatives… Et aussi Toto le héros, que mes frères et moi aimions beaucoup quand nous étions petits.

Il est aussi le "décorateur" (des guillemets pour ce mot qui sonne un peu trop Valérie Damidot) de la station de métro des Arts et Métiers, toute recouverte de cuivre avec des hublots montrant des inventions. Une âme d’explorateur et des mains d’artisans…

J’aime quand on découvre ainsi un nom, un visage et une voix, qui trace comme une ligne entre des moments de vie et des objets marquants de NOTRE histoire des arts. François Schuiten était avec nous, quand blottis à 5 dans le lit des parents devant la télé le mardi soir, nous suivions le vieux Thomas (Michel Bouquet)et nous découvrions avec angoisse qu’il est possible de passer à côté de sa vie. Il était là sur l’étagère à BD du couloir, sous les traits de Mary la penchée, risée de l’internat, maltraitée par ces paires, accueilli par ce cirque où elle est exploitée parce que différente. Il est là aujourd’hui quand par la vitre d’une rame sur la ligne 11 j’aperçois tout ce cuivre chatoyant et me promets de descendre une fois pour y flâner un peu.

C’est ce qui m’ a donné envie de créer cette nouvelle page des artistes à (re)découvrir, en espérant qu’ils seront nombreux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: