Archive for octobre 2010

 » Y a un Pec’ qui m’ menace, il a un gland dans la main »

Madmartigan.

Publicités

Spleen

 

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle                                                                                                           Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,                                                                                                                 Et que de l’horizon embrassant tout le cercle                                                                                                                             Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,                                                                                                                    Où l’Espérance, comme une chauve-souris,                                                                                                                            S’en va battant les murs de son aile timide                                                                                                                              Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées                                                                                                                    D’une vaste prison imite les barreaux,                                                                                                                                        Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées                                                                                                                          Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie                                                                                                                              Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,                                                                                                                      Ainsi que des esprits errants et sans patrie                                                                                                                          Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,                                                                                                      Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,                                                                                                                  Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,                                                                                                                Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

KABOOOOOOOOOM !!!!

 

Ca c’est du titre ! Ca sonne tellement bien… Je crois que c’est le titre qui m’a attiré tout de suite. L’affiche ensuite avec ces couleurs piquantes acides à souhait et ces corps bonbons qu’on dirait des Bubblies. Bref, j’y suis allée déjà conquise, et ce fut orgasmique. Les acteurs ont tous des looks à tomber et des regards sismiques. J’adore l’ouverture des plans sur les immeubles qui clignent des yeux et le scénar en imbroglio. J’adore les scènes de cul qui fleurent bon la savonette et la sécrétion en tout genre. J’adore Thor qui fait de la lutte en slip sur son fauteuil gonflable, et le masque de mouton, le plus effrayant de tous, pas du tout doux comme un agneau. J’adore les sorcières punks et les médiums transis d’amour. J’adore les métaphores outrancières de Stella. J’adore le jour et la nuit, j’adore les statues grecques et les détonateurs. Du cousu main avec du fil à retordre, où on rit à gorge tranchée, où on vibromasseur. Quel kiffe  surnaturel !

Cours écourtés

 

Lassée de regarder, analyser, critiquer, observer, apprendre, conceptualiser, envier l ‘Art et l’Artiste, j’ai décidé d’essayer de créer, de bricoler, d’assembler, d’imaginer, de construire.

Alors je me suis déplacée jusqu’à cet atelier. « Arts Plastiques, toutes techniques; peinture, dessin, collage, intiation et perfectionnement. » Sur le papier, c’est enjôleur. En réalité, on est plus proche de l’enjoliveur. Alors d’accord c’est pas cher, mais bon c’est pas une excuse pour être nul !

J’avais dans l’idée de me mettre au collage, mais je suis néophyte, pour moi il s’agissait des déchirer des petits papiers, de les encoller, de les disposer, de les faire parler, de laisser passer. Au premier cours, 2 heures (longueur, lenteur) consacrées au matériel à acheter, je lève mon petit doigt boudiné et m’enquiert du matériel nécessaire, pour le collage. Ya (c’est son nom d’artiste, mais aussi ses initiales… pourquoi pas Ay(e) 🙂  part dans une tirade sur le plâtre. Le plâtre, mais comment ça, on m’aurait menti… Quel rapport entre mes petits bouts de papier et le plâtre ? J’apprends, au bout de plusieurs minutes d’une écoute plus que minutieuse, de questions posées à mes voisins, et de déchiffrage complexe de phrases restées sans fin, ni début d’ailleurs, que le collage consiste à utiliser une large variété de matériau et à jouer sur les textures, c’est pas juste une sorte de puzzle libertaire… Je me sens nulle, et en plus je suis pas sûre d’avoir tout compris… Discuter avec Ya, c’est comme remplir un texte à trou, mais le problème c’est que c’est toujours les mots les plus cruciaux qui sont partis en balade…

Bref, semaine suivante, après moultes tarabustes sur le sujet à choisir, le matériel à acheter (bosser avec du plâtre, sérieux… c’est pas ce que je m’imaginais…) je me décide enfin, dans l’angoisse: je choisis une photo de champignon que j’ai prise l’automne dernier, et me dis que je vais commencer à la peinture à l’huile, à priori d’après ce que j’ai compris, Ya disait que c’était plus facile (ou difficile ? me souviens plus, il devait manquer des mots…)

Je m’installe, copie sur les autres du coin de l’oeil: comment installer mon chevalet, et le médium à quoi ça sert, et ma feuille je la mets dans quel sens ??? Certains se promènent entre les tables, jettent un oeil sanction aux sujets choisis par les uns et les autres, y vont de leur petit commentaire rassurant :  » ah bon, vous n’avez jamais fait de peinture ? ooh… ». J’attends. J’attends que Ya explique à Claire que c’est bien beau de vouloir faire de l’aquarelle, mais vu qu’elle a déjà fait un dessin au crayon de papier, ça ne sera jamais de l’aquarelle, mais un dessin auquarellé, et c’est moins bien… J’attends que Ya essaye de convaincre Jean-Pierre, arrivé avec son bouquin « Apprendre la perspective en 15 leçons » sous le bras, qu’un monochrome, si si ça peut être considéré comme de l’art…  Ya se pointe enfin vers moi, me casse 2 pattes en me disant que mon papier ne conviendra jamais pour de la peinture à l’huile (c’est marrant, en 2 heures la semaine d’avant, il a jamais dit qu’il fallait absolument une toile pour débuter à l’huile…), me parle avec des trous, me conseille de commencer par le fond, mais en même temps la semaine prochaine ça ne sera pas sec, alors avec le champignon, si ça se mélange, il faudrait choisir un deuxième sujet, et puis mon jaune n’est pas primaire, mais en mettant mon pinceau comme ça, c’est un joli sujet, pas trop dur mais un paysage….  Et il s’en va…

Moi je reste, comme 2 ronds de flancs… Décide de faire du vert… Choisis un pinceau, au pif, bidouille un peu de couleur, me lance… Mais ça doit rendre comment exactement?… Est-ce que je dois étaler, faire des petites touches, ma peinture, elle doit être épaisse ? il faut que je fasse plusieurs couches? J’en sais rien moi j’y connais rien…  » Ah bon, vous avez jamais fait de peinture ? Oooooooh… » Et je me sens nulle…

Je plie ma feuille de papier de mauvaise qualité en 4, là où j’ai réussi à couvrir 12 cm2 avec un vert mousse étalé à souhait, sauf là où ça a fait des petites croûtes… Bon ben je reviendrai pas… J’abandonne… Et je me sens archi nulle…Je suis vraiment pas faite pour ça ou quoi ???

Le chevalet que mon amoureux m’a acheté dort dans un coin de mon bureau, et moi je suis en stand-by… Pourtant ça me disait bien les puzzles freestyle et les champignons à l’huile…. Peut-être finalement que j’ai besoin ni de Ya ni de personne… We’ll see.

 

 

Marathon photo FNAC

Avec mon amoureux, on a participé au concours photo Marathon FNAC à Clermont-Ferrand au début du mois. On a trouvé que les thèmes étaient un peu pourris puisqu’il s’agissait des slogans des différentes entreprises partenaires… Y a mieux comme inspiration, moi faire de la photo pour faire de la pub, ça m’inspire moyen moins quand même. Bon, on l’a fait quand même, on n’a rien gagné, mais on avait fait deux trois photos rigolotes, que voici:

THEME 1: POP ROCK ( Virgin Radio !)

THEME 2: Transports en commun à fleur de ville (T2C, plus kitsch tu meurs, c’était le titre d’un bouquin a gagné sur l’histoire du tram, dommage on a perdu …. ooh…)

Noble cochon – Michel Pastoureau

Les chercheurs universitaires sont quand même des gens passionants et tellement surprenant. J’apprends aujourd’hui l’existence de Michel Pastoureau, historien médieviste français, spécialiste de la symbolique des couleurs, des emblèmes, et de l’héraldique. Rien que ça, ça laisse rêveur. En grattouillant un peu, je découvre que cet homme est le petit-cousin de Lévi-Strauss, rien que ça, et que sa thèse de doctorat avait pour sujet le bestiaire héraldique du moyen-âge… Voilà bien une thèse que je lirai volontiers (ou du moins feuilletterais volontiers, ne soyons pas présomptueux) ce qui, finalement est le cas de nombre de thèse et d’ouvrages de recherche dont j’entends parler. « Et j’ai lu tous les livres… », non mais franchement Stéphane, si c’est pas se vautrer volontairement dans son malheur que de sortir un truc pareil…

Revenons à nos moutons, ou plutôt, à nos cochons, puisque la commence ma découverte de ce monsieur Pastoureau. Ce n’est pas vraiment l’entier propos de cet article, mais je me dois d’y faire allusion, étant donné ma nature profonde et celle de ce blog. Je m’explique: Michel Pastoureau est un ardent défenseur du cochon, l’ayant bien-sûr rencontré à maintes reprises au cours de ses recherches sur les bestiaires et bestioles en tout genre et lui ayant consacré un livre, « Le cochon: histoire d’un cousin mal-aimé ». Il raconte notamment l’histoire de ce jeune roi capétien, mort à la suite d’une chute de cheval provoquée par un cochon, qui aurait causé un grand déshonneur à cette dynastie, forcée de faire monter le fils cadet sur le trône, Louis VII, dont le règne fut désastreux. (pour plus d’info, voir le lien ci-dessous avec référence du bouquin en question).

http://bibliobs.nouvelobs.com/20090529/12823/le-cochon-est-toujours-coupable-3

Enfin bref, ce qui m’intéressait aujourd’hui, c’est son travail sur les couleurs, et notamment sur les couleurs des souvenirs. Mais j’en parlerai plus longuement tout bientôt.

Pigs rule ! see you soon