Cours écourtés

 

Lassée de regarder, analyser, critiquer, observer, apprendre, conceptualiser, envier l ‘Art et l’Artiste, j’ai décidé d’essayer de créer, de bricoler, d’assembler, d’imaginer, de construire.

Alors je me suis déplacée jusqu’à cet atelier. « Arts Plastiques, toutes techniques; peinture, dessin, collage, intiation et perfectionnement. » Sur le papier, c’est enjôleur. En réalité, on est plus proche de l’enjoliveur. Alors d’accord c’est pas cher, mais bon c’est pas une excuse pour être nul !

J’avais dans l’idée de me mettre au collage, mais je suis néophyte, pour moi il s’agissait des déchirer des petits papiers, de les encoller, de les disposer, de les faire parler, de laisser passer. Au premier cours, 2 heures (longueur, lenteur) consacrées au matériel à acheter, je lève mon petit doigt boudiné et m’enquiert du matériel nécessaire, pour le collage. Ya (c’est son nom d’artiste, mais aussi ses initiales… pourquoi pas Ay(e) 🙂  part dans une tirade sur le plâtre. Le plâtre, mais comment ça, on m’aurait menti… Quel rapport entre mes petits bouts de papier et le plâtre ? J’apprends, au bout de plusieurs minutes d’une écoute plus que minutieuse, de questions posées à mes voisins, et de déchiffrage complexe de phrases restées sans fin, ni début d’ailleurs, que le collage consiste à utiliser une large variété de matériau et à jouer sur les textures, c’est pas juste une sorte de puzzle libertaire… Je me sens nulle, et en plus je suis pas sûre d’avoir tout compris… Discuter avec Ya, c’est comme remplir un texte à trou, mais le problème c’est que c’est toujours les mots les plus cruciaux qui sont partis en balade…

Bref, semaine suivante, après moultes tarabustes sur le sujet à choisir, le matériel à acheter (bosser avec du plâtre, sérieux… c’est pas ce que je m’imaginais…) je me décide enfin, dans l’angoisse: je choisis une photo de champignon que j’ai prise l’automne dernier, et me dis que je vais commencer à la peinture à l’huile, à priori d’après ce que j’ai compris, Ya disait que c’était plus facile (ou difficile ? me souviens plus, il devait manquer des mots…)

Je m’installe, copie sur les autres du coin de l’oeil: comment installer mon chevalet, et le médium à quoi ça sert, et ma feuille je la mets dans quel sens ??? Certains se promènent entre les tables, jettent un oeil sanction aux sujets choisis par les uns et les autres, y vont de leur petit commentaire rassurant :  » ah bon, vous n’avez jamais fait de peinture ? ooh… ». J’attends. J’attends que Ya explique à Claire que c’est bien beau de vouloir faire de l’aquarelle, mais vu qu’elle a déjà fait un dessin au crayon de papier, ça ne sera jamais de l’aquarelle, mais un dessin auquarellé, et c’est moins bien… J’attends que Ya essaye de convaincre Jean-Pierre, arrivé avec son bouquin « Apprendre la perspective en 15 leçons » sous le bras, qu’un monochrome, si si ça peut être considéré comme de l’art…  Ya se pointe enfin vers moi, me casse 2 pattes en me disant que mon papier ne conviendra jamais pour de la peinture à l’huile (c’est marrant, en 2 heures la semaine d’avant, il a jamais dit qu’il fallait absolument une toile pour débuter à l’huile…), me parle avec des trous, me conseille de commencer par le fond, mais en même temps la semaine prochaine ça ne sera pas sec, alors avec le champignon, si ça se mélange, il faudrait choisir un deuxième sujet, et puis mon jaune n’est pas primaire, mais en mettant mon pinceau comme ça, c’est un joli sujet, pas trop dur mais un paysage….  Et il s’en va…

Moi je reste, comme 2 ronds de flancs… Décide de faire du vert… Choisis un pinceau, au pif, bidouille un peu de couleur, me lance… Mais ça doit rendre comment exactement?… Est-ce que je dois étaler, faire des petites touches, ma peinture, elle doit être épaisse ? il faut que je fasse plusieurs couches? J’en sais rien moi j’y connais rien…  » Ah bon, vous avez jamais fait de peinture ? Oooooooh… » Et je me sens nulle…

Je plie ma feuille de papier de mauvaise qualité en 4, là où j’ai réussi à couvrir 12 cm2 avec un vert mousse étalé à souhait, sauf là où ça a fait des petites croûtes… Bon ben je reviendrai pas… J’abandonne… Et je me sens archi nulle…Je suis vraiment pas faite pour ça ou quoi ???

Le chevalet que mon amoureux m’a acheté dort dans un coin de mon bureau, et moi je suis en stand-by… Pourtant ça me disait bien les puzzles freestyle et les champignons à l’huile…. Peut-être finalement que j’ai besoin ni de Ya ni de personne… We’ll see.

 

 

Publicités

One response to this post.

  1. Posted by Célioche on 16 octobre 2010 at 11:15

    On dirait qu’Ya est pas terrib-terrib, hein ! Alors on continue, c’est pas une seule personne qui peut te décourager quand même, si ? Moi je dis, reprends le chevalet qui dort et retente le coup autrement, seule ou avec d’autres idées !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :