Archive for juin 2012

Giono, de la délectation des mots

Perfection rare de l’écriture… Jugez vous même

« L’orage tourna et il fut emporté vers les fonds du sud, et il se mit à rouler dans les échos lointains en écrasant les plaines marâichères dont, d’un coup, fuma l’odeur des légumes. On le voyait s’en aller là-bas au loin. Il roula sur des collines et dans des bois de pins. Vint une odeur de résine. Enfin il s’enfonça en bouillonnant dans une gorge au fin fond de la vallée. Il ne faisait plus qu’un bruit retentissant mais léger comme le cours d’un char vide sur les chemins pi. Le vent fit encore deux ou trois pas puis il s’étendit dans l’herbe et ses longs membres silencieux couchèrent l’herbe et il resta là, sans force et tout doré, tout de suite endormi, avec à peine la respiration paisible d’un beau travailleur qui se repose en soupirant. »

Jean Giono devant son jas ( assonance même dans la légende !)

 

Luxuriance

La luxuriance, ça m’inspire. Le mot lui-même déjà sonne exotique, mystique et mystérieux. Il foisonne de lettres improbables comme le mois de juin déborde de graminée, de grappes de fleurs d’aubépine et de marronnier. J’aime les hautes herbes sur les bas-côté qui font des routes nationales comme de petits sentiers taillés dans la brousse à la machette. J’aime les haies touffues d’arbustes qui se courbent et forment un ciel de lit pour les chemins herbus. Les artistes qui chantent, peignent, écrivent la luxuriance sont mes chouchous

Douanier Rousseau

.

la luxuriance des mots… Un bijou

mon deuxième préféré de Zola

Ophelia – Millais / Fondateur des pré-raphaélites

17/06

When I was 5 years old, my mom told me that happiness was the key to life. When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up. I wrote down « happy »; they told me I didn’t understand the assignment. I told them they didn’t understand life.   John Lennon