Archive for the ‘Artistes à (re)découvrir’ Category

Giono, de la délectation des mots

Perfection rare de l’écriture… Jugez vous même

« L’orage tourna et il fut emporté vers les fonds du sud, et il se mit à rouler dans les échos lointains en écrasant les plaines marâichères dont, d’un coup, fuma l’odeur des légumes. On le voyait s’en aller là-bas au loin. Il roula sur des collines et dans des bois de pins. Vint une odeur de résine. Enfin il s’enfonça en bouillonnant dans une gorge au fin fond de la vallée. Il ne faisait plus qu’un bruit retentissant mais léger comme le cours d’un char vide sur les chemins pi. Le vent fit encore deux ou trois pas puis il s’étendit dans l’herbe et ses longs membres silencieux couchèrent l’herbe et il resta là, sans force et tout doré, tout de suite endormi, avec à peine la respiration paisible d’un beau travailleur qui se repose en soupirant. »

Jean Giono devant son jas ( assonance même dans la légende !)

 

THE NIGHT BEFORE CHRISTMAS by Clement Clarke Moore

Twas the night before Christmas, when all through the houseNot a creature was stirring, not even a mouse;

The stockings were hung by the chimney with care,

In hopes that St. Nicholas soon would be there;

The children were nestled all snug in their beds,

While visions of sugar-plums danced in their heads;

And mamma in her ‘kerchief, and I in my cap,

Had just settled down for a long winter’s nap,

When out on the lawn there arose such a clatter,

I sprang from the bed to see what was the matter.

Away to the window I flew like a flash,

Tore open the shutters and threw up the sash.

The moon on the breast of the new-fallen snow

Gave the lustre of mid-day to objects below,

When, what to my wondering eyes should appear,

But a miniature sleigh, and eight tiny reindeer,

With a little old driver, so lively and quick,

I knew in a moment it must be St. Nick.

More rapid than eagles his coursers they came,

And he whistled, and shouted, and called them by name;

« Now, Dasher! now, Dancer! now, Prancer and Vixen!

On, Comet! on Cupid! on, Donder and Blitzen!

To the top of the porch! to the top of the wall!

Now dash away! dash away! dash away all! »

As dry leaves that before the wild hurricane fly,

When they meet with an obstacle, mount to the sky,

So up to the house-top the coursers they flew,

With the sleigh full of toys, and St. Nicholas too.

And then, in a twinkling, I heard on the roof

The prancing and pawing of each little hoof.

As I drew in my head, and was turning around,

Down the chimney St. Nicholas came with a bound.

He was dressed all in fur, from his head to his foot,

And his clothes were all tarnished with ashes and soot;

A bundle of toys he had flung on his back,

And he looked like a peddler just opening his pack.

His eyes — how they twinkled! his dimples how merry!

His cheeks were like roses, his nose like a cherry!

His droll little mouth was drawn up like a bow,

And the beard of his chin was as white as the snow;

The stump of a pipe he held tight in his teeth,

And the smoke it encircled his head like a wreath;

He had a broad face and a little round belly,

That shook, when he laughed like a bowlful of jelly.

He was chubby and plump, a right jolly old elf,

And I laughed when I saw him, in spite of myself;

A wink of his eye and a twist of his head,

Soon gave me to know I had nothing to dread;

He spoke not a word, but went straight to his work,

And filled all the stockings; then turned with a jerk,

And laying his finger aside of his nose,

And giving a nod, up the chimney he rose;

He sprang to his sleigh, to his team gave a whistle,

And away they all flew like the down of a thistle.

But I heard him exclaim, ere he drove out of sight,

« Happy Christmas to all, and to all a good-night. »

Un cercueil de ciment sous les plaines

C’est comme la fin du siècle

Qui savait au début qu’il y aurait une fin

Les naufragés et leurs peines qui jetaient l’encre ici et arrêtaient d’écrire

 

Et comme les illusions croulent, je vais pleurer tout mon saoul

There’s nothing I can do, à part traîner sur les genoux

WHAT I FEEL,
TEAR IS IN MY HEART

 

Où en est l’art Edgard ?

Des carnages il se peut, qu’arrivent la limite

quand la pluie de sagesse
pourrit sur les trottoirs

Il paraît qu’il faut s’habituer à des printemps sans hirondelles

Malentendu entre les tours, et c’est le fou qui était pour

 

Mais reste encore un peu après, que même la fin soit terminée

Nous on veut de la vie

 

A la beauté des rêves
A la mélancolie

Si les jeux sont faits

Au son des mascarades

On pourra toujours se marrer

Tout disparaîtra mais

Je peux encore garder ton nom, je peux aussi dire que je l’aime

Reste des pointillés


 

Spleen

 

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle                                                                                                           Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,                                                                                                                 Et que de l’horizon embrassant tout le cercle                                                                                                                             Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,                                                                                                                    Où l’Espérance, comme une chauve-souris,                                                                                                                            S’en va battant les murs de son aile timide                                                                                                                              Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées                                                                                                                    D’une vaste prison imite les barreaux,                                                                                                                                        Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées                                                                                                                          Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie                                                                                                                              Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,                                                                                                                      Ainsi que des esprits errants et sans patrie                                                                                                                          Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,                                                                                                      Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,                                                                                                                  Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,                                                                                                                Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

François Schuiten: découverte ou retrouvailles ?

François Schuiten, illustrateur, scénographe, explorateur et raconteur d’histoire, selon ses propres termes.

Je le redécouvre aujourd’hui sur France Culture où il vient parler de son dernier ouvrage, qui laisse rêveur à dire vrai. J’explique: il avait effectué une série d’illustration pour un projet de jeu vidéo, abandonné ensuite. L’artiste, fasciné depuis longtemps par l’écrivain Jacques Abeille, lui a soumis ses dessins délaissés. De là naquit un livre,Les Mers Perdues, fait d’écrits tissés autour des dessins de Schuiten, une histoire d’explorateurs. Je suis assez séduite par cette idée de mots venant jouxter des images, c’est quand même plus rare dans ce sens là… Bref, ma curiosité étant émoustillée, me voilà googlant ce monsieur, et je m’aperçois qu’il ne m’est pas étranger finalement: L’Enfant penchée, un album réalisé en 1996, hante les étagères chez mes parents. Je dis « hante » à propos, car c’est un livre mystérieux et même plutôt flippant, que j’ai même refusé d’ouvrir pendant quelques années, tant la couverture me semblait inquiétante. Le titre est explicite, il s’agit bien de l’histoire d’une enfant penchée, qui devient bête de foire pour le corps médical, et s’enfuit à la recherche d’un monde penché où elle ne serait plus un monstre. Génial! (vraiment. Je l’ai lu plusieurs fois après avoir compris qu’il ne me serait jamais vraiment possible de ne pas ouvrir un livre inconnu, aussi effrayant puisse t’il paraître de l’extérieur… Et après on nous apprend que la curiosité est un vilain défaut… Non mais j’te jure).

Et ce n’est pas tout, François Schuiten est aussi scénographe, et a travaillé entre autre sur les tournages des films de Jaco Van Doarmel : Mr Nobody, sorti l’année dernière, mais si! Avec Jared Leto et ses vies alternatives… Et aussi Toto le héros, que mes frères et moi aimions beaucoup quand nous étions petits.

Il est aussi le « décorateur » (des guillemets pour ce mot qui sonne un peu trop Valérie Damidot) de la station de métro des Arts et Métiers, toute recouverte de cuivre avec des hublots montrant des inventions. Une âme d’explorateur et des mains d’artisans…

J’aime quand on découvre ainsi un nom, un visage et une voix, qui trace comme une ligne entre des moments de vie et des objets marquants de NOTRE histoire des arts. François Schuiten était avec nous, quand blottis à 5 dans le lit des parents devant la télé le mardi soir, nous suivions le vieux Thomas (Michel Bouquet)et nous découvrions avec angoisse qu’il est possible de passer à côté de sa vie. Il était là sur l’étagère à BD du couloir, sous les traits de Mary la penchée, risée de l’internat, maltraitée par ces paires, accueilli par ce cirque où elle est exploitée parce que différente. Il est là aujourd’hui quand par la vitre d’une rame sur la ligne 11 j’aperçois tout ce cuivre chatoyant et me promets de descendre une fois pour y flâner un peu.

C’est ce qui m’ a donné envie de créer cette nouvelle page des artistes à (re)découvrir, en espérant qu’ils seront nombreux.