21/01

We are luminous beings, not that crude matter.

Master Yoda, The Empire Strikes back

 

OI

 

 

THE NIGHT BEFORE CHRISTMAS by Clement Clarke Moore

Twas the night before Christmas, when all through the houseNot a creature was stirring, not even a mouse;

The stockings were hung by the chimney with care,

In hopes that St. Nicholas soon would be there;

The children were nestled all snug in their beds,

While visions of sugar-plums danced in their heads;

And mamma in her ‘kerchief, and I in my cap,

Had just settled down for a long winter’s nap,

When out on the lawn there arose such a clatter,

I sprang from the bed to see what was the matter.

Away to the window I flew like a flash,

Tore open the shutters and threw up the sash.

The moon on the breast of the new-fallen snow

Gave the lustre of mid-day to objects below,

When, what to my wondering eyes should appear,

But a miniature sleigh, and eight tiny reindeer,

With a little old driver, so lively and quick,

I knew in a moment it must be St. Nick.

More rapid than eagles his coursers they came,

And he whistled, and shouted, and called them by name;

« Now, Dasher! now, Dancer! now, Prancer and Vixen!

On, Comet! on Cupid! on, Donder and Blitzen!

To the top of the porch! to the top of the wall!

Now dash away! dash away! dash away all! »

As dry leaves that before the wild hurricane fly,

When they meet with an obstacle, mount to the sky,

So up to the house-top the coursers they flew,

With the sleigh full of toys, and St. Nicholas too.

And then, in a twinkling, I heard on the roof

The prancing and pawing of each little hoof.

As I drew in my head, and was turning around,

Down the chimney St. Nicholas came with a bound.

He was dressed all in fur, from his head to his foot,

And his clothes were all tarnished with ashes and soot;

A bundle of toys he had flung on his back,

And he looked like a peddler just opening his pack.

His eyes — how they twinkled! his dimples how merry!

His cheeks were like roses, his nose like a cherry!

His droll little mouth was drawn up like a bow,

And the beard of his chin was as white as the snow;

The stump of a pipe he held tight in his teeth,

And the smoke it encircled his head like a wreath;

He had a broad face and a little round belly,

That shook, when he laughed like a bowlful of jelly.

He was chubby and plump, a right jolly old elf,

And I laughed when I saw him, in spite of myself;

A wink of his eye and a twist of his head,

Soon gave me to know I had nothing to dread;

He spoke not a word, but went straight to his work,

And filled all the stockings; then turned with a jerk,

And laying his finger aside of his nose,

And giving a nod, up the chimney he rose;

He sprang to his sleigh, to his team gave a whistle,

And away they all flew like the down of a thistle.

But I heard him exclaim, ere he drove out of sight,

« Happy Christmas to all, and to all a good-night. »

Un cercueil de ciment sous les plaines

C’est comme la fin du siècle

Qui savait au début qu’il y aurait une fin

Les naufragés et leurs peines qui jetaient l’encre ici et arrêtaient d’écrire

 

Et comme les illusions croulent, je vais pleurer tout mon saoul

There’s nothing I can do, à part traîner sur les genoux

WHAT I FEEL,
TEAR IS IN MY HEART

 

Où en est l’art Edgard ?

Des carnages il se peut, qu’arrivent la limite

quand la pluie de sagesse
pourrit sur les trottoirs

Il paraît qu’il faut s’habituer à des printemps sans hirondelles

Malentendu entre les tours, et c’est le fou qui était pour

 

Mais reste encore un peu après, que même la fin soit terminée

Nous on veut de la vie

 

A la beauté des rêves
A la mélancolie

Si les jeux sont faits

Au son des mascarades

On pourra toujours se marrer

Tout disparaîtra mais

Je peux encore garder ton nom, je peux aussi dire que je l’aime

Reste des pointillés


 

suspenssss….

Me suis lancée dans ma première croûte, comme ça toute seule, sans l’aide d’aucun prof nul… Vous tient au courant…

11/11

« Si j’étais le bon dieu, j’aurais des remords », Jacques Brel, Fernand

Le Fantastique et moi-même: l’inquiétante étrangeté and the uncanny und das Unheimliche

En ces temps d’Halloween, de frissons et d’angoisses, je me suis remémorée une de mes premières expériences de lecture horrifiante. Je devais avoir onze ou douze ans quand j’ai lu La Main; je crois qu’il y avait un extrait de cette nouvelle dans mon manuel de français en sixième ou cinquième, et, intriguée, j’avais dû emprunter le recueil, Contes du Jour et de la Nuit à la bibliothèque. Je ne l’avais pas relu depuis, et dans mon souvenir, j’avais été tellement terrifiée que je n’osais même plus tourner les pages du livre. En fait, je constate aujourd’hui qu’il ne devait pas y avoir beaucoup de pages à tourner, car cette nouvelle est très courte, et finalement, les passages horribles sont brefs et peu nombreux. C’est incroyable qu’un si court récit ait été écrit avec tant de maîtrise et de brio qu’il produise un tel effet sur le lecteur en si peu de mots. D’autant que cette nouvelle est en fait la réécriture de La Main d’écorché, écrite par Maupassant 8 ans plus tôt, sa toute première nouvelle. Quel génie !

Depuis, plusieurs bouquins m’ont fait cet effet là: tellement la trouille que je n’arrive pas à tourner la page, de peur de défaillir à la lecture de ce que je vais trouver derrière: de nombreux Stephen King bien-sûr, avec mention spéciale pour Desolation (j’ai même failli vomir à plusieurs reprises et ai donc abandonné en cours de route… cela fait-il de ce roman un échec ou une réussite ?…)  et Lisey’s Story (génial), mais aussi Le vol des Cigognes, de Jean-Christophe Grangé (l’atroce un peu trop gratuite et démago à mon goût), ou encore Hôpital Souterrain, de Jaouen. Ces livres poussent l’horreur jusqu’à écoeurer le lecteur. Il existe un terme en anglais pour décrire les livres qu’on lit d’une traite, sans pouvoir le poser un instant : a page turner. On devrait inventer un mot pour ces livres dans lesquels on reste bloqué de trouille… a horrorstuck book maybe… (si vous avez des idées, ça m’intéresse).

Cette nouvelle de Maupassant, c’était une première pour beaucoup de choses finalement quand j’y réfléchis: première grande frousse, donc, mais aussi première rencontre avec Maupassant, et surtout première rencontre avec le Fantastique (avec un grand « F » s’il vous plaît, et une p’tite bise à Todorov).

Bon ça revient un peu au même parce que ce que j’ai toujours aimé chez Maupassant, c’est le fantastique: je conseille vivement La Parure et Sur l’Eau ( dans le même recueil que La Main)… Brrrrrr ! Ca me fous la chair d’ampoule rien que d’en parler… Ouais non parce que sinon, Pierre et Jean c’est quand même chiant comme un dimanche chez ma grand-tante, non?

Et puis alors le Fantastique… Si j’avais su en lisant La Main dans mon lit en écoutant Ace of Base que j’allais bouffer du Fantastique chaque année jusqu’à mon sacre de Catherinette, peut-être que j’aurai trouvé ça moins fun. Je récapépète: donc un petit chapitre sur le Horla en 5ème, puis plus rien en 4ème et 3ème ( ben ouais, faut dire que mon prof de français nous faisait aussi l’allemand et le dessin, et c’était une grosse tanche…).En 1ère, La Cafetière et autres contes fantastiques de Théophile Gautier, première prise de tête sur le Merveilleux, ou « comment devenir une flippée de l’électro ménager… »: « Aaargh, ma bouilloire est ensorcelée… »)En term’,Les Nouvelles de Pétersbourg de Gogol; absurdité fantasmagorique complètement barrée ( Le Nez, quoi !). J’ai bien aimé, mais je me souviens plus de tout, vu qu’en cours j’étais à côté de mon amoureux, et que d’un coup la littérature n’était plus ma priorité… étrange… Et puis alors à la fac, le festival: première année: Le Diable Amoureux, de Cazotte. Soi-disant l’ouvrage fondateur du fantastique à la française, d’une chianlie rare ( c’était tout nul ce cours, c’était de la littérature française, alors que merde, si j’avais choisi fac d’anglais, y avait bien une raison; et en plus, après la daube de Cazotte, on s’est bouffé Pierre et Jean, alors bon… j’ai beaucoup séché quoi…). En deuxième année, The Turn of the Screw, Henry James: alors là mortel ! Les cours de Mme Bertrandias c’était une tuerie, et en plus c’était l’année de la sortie du film Les Autres, d’Aménabar, qui s’annonce ouvertement inspiré de la nouvelle… Une révélation. En licence, plus raide, Les Contes d’Hoffmanndans le texte ( et oui, en fac d’anglais on fait aussi du français et de l’allemand…) et là on en a bouffé du Todorov, de l’hésitation fantastique et tout le merdier… N’empêche que tout ce rabachâge m’a sacrément bien aidé l’année de l’agreg: j’ai cartonné l’écrit sur Dracula !

En fait si je suis prof aujourd’hui, c’est peut-être aussi grâce à ado-Calbo,  à plat ventre sur son lit, balisant comme une dingue à l’histoire de cette main maudit, et surtout bien dégueu.

Voici cette histoire:

On faisait cercle autour de M. Bermutier, juge d’instruction qui donnait son avis sur l’affaire mystérieuse de Saint-Cloud. Depuis un mois, cet inexplicable crime affolait Paris. Personne n’y comprenait rien.

M. Bermutier, debout, le dos à la cheminée, parlait, assemblait les preuves, discutait les diverses opinions, mais ne concluait pas.
Plusieurs femmes s’étaient levées pour s’approcher et demeuraient debout, l’œil fixé sur la bouche rasée du magistrat d’où sortaient les paroles graves. Elles frissonnaient, vibraient, crispées par leur peur curieuse, par l’avide et insatiable besoin d’épouvante qui hante leur âme, les torture comme une faim.
Une d’elles, plus pâle que les autres, prononça pendant un silence:
– C’est affreux. Cela touche au « surnaturel ». On ne saura jamais rien.
Le magistrat se tourna vers elle:
– Oui, madame, il est probable qu’on ne saura jamais rien. Quand au mot « surnaturel » que vous venez d’employer, il n’a rien à faire ici. Nous sommes en présence d’un crime fort habilement conçu, fort habilement exécuté, si bien enveloppé de mystère que nous ne pouvons le dégager des circonstances impénétrables qui l’entourent. Mais j’ai eu, moi, autrefois, à suivre une affaire où vraiment semblait se mêler quelque chose de fantastique. Il a fallu l’abandonner, d’ailleurs, faute de moyens de l’éclaircir.
Plusieurs femmes prononcèrent en même temps, si vite que leurs voix n’en firent qu’une:
– Oh! dites-nous cela.
M. Bermutier sourit gravement, comme doit sourire un juge d’instruction. Il reprit:
– N’allez pas croire, au moins, que j’aie pu, même un instant, supposer en cette aventure quelque chose de surhumain. Je ne crois qu’aux causes normales. Mais si, au lieu d’employer le mot « surnaturel » pour exprimer ce que nous ne comprenons pas, nous nous servions simplement du mot « inexplicable », cela vaudrait beaucoup mieux. En tout cas, dans l’affaire que je vais vous dire, ce sont surtout les circonstances environnantes, les circonstances préparatoires qui m’ont ému. Enfin, voici les faits:
J’étais alors juge d’instruction à Ajaccio, une petite ville blanche, couchée au bord d’un admirable golfe qu’entourent partout de hautes montagnes.
Ce que j’avais surtout à poursuivre là-bas, c’étaient les affaires de vendetta. Il y en a de superbes, de dramatiques au possible, de féroces, d’héroïques. Nous retrouvons là les plus beaux sujets de vengeance qu’on puisse rêver, les haines séculaires, apaisées un moment, jamais éteintes, les ruses abominables, les assassinats devenant des massacres et presque des actions glorieuses. Depuis deux ans, je n’entendais parler que du prix du sang, que de ce terrible préjugé corse qui force à venger toute injure sur la personne qui l’a faite, sur ses descendants et ses proches. J’avais vu égorger des vieillards, des enfants, des cousins, j’avais la tête pleine de ces histoires.
Or, j’appris un jour qu’un Anglais venait de louer pour plusieurs années une petite villa au fond du golfe. Il avait amené avec lui un domestique français, pris à Marseille en passant.
Bientôt tout le monde s’occupa de ce personnage singulier, qui vivait seul dans sa demeure, ne sortant que pour chasser et pour pêcher. Il ne parlait à personne, ne venait jamais à la ville, et, chaque matin, s’exerçait pendant une heure ou deux, à tirer au pistolet et à la carabine.
Des légendes se firent autour de lui. On prétendit que c’était un haut personnage fuyant sa patrie pour des raisons politiques; puis on affirma qu’il se cachait après avoir commis un crime épouvantable. On citait même des circonstances particulièrement horribles.
Je voulus, en ma qualité de juge d’instruction, prendre quelques renseignements sur cet homme; mais il me fut impossible de rien apprendre. Il se faisait appeler sir John Rowell.
Je me contentai donc de le surveiller de près; mais on ne me signalait, en réalité, rien de suspect à son égard.
Cependant, comme les rumeurs sur son compte continuaient, grossissaient, devenaient générales, je résolus d’essayer de voir moi-même cet étranger, et je me mis à chasser régulièrement dans les environs de sa propriété.
J’attendis longtemps une occasion. Elle se présenta enfin sous la forme d’une perdrix que je tirai et que je tuai devant le nez de l’Anglais. Mon chien me la rapporta; mais, prenant aussitôt le gibier, j’allai m’excuser de mon inconvenance et prier sir John Rowell d’accepter l’oiseau mort.
C’était un grand homme à cheveux rouges, à barbe rouge, très haut, très large, une sorte d’hercule placide et poli. Il n’avait rien de la raideur dite britannique et il me remercia vivement de ma délicatesse en un français accentué d’outre-Manche. Au bout d’un mois, nous avions causé ensemble cinq ou six fois.
Un soir enfin, comme je passais devant sa porte, je l’aperçus qui fumait sa pipe, à cheval sur une chaise, dans son jardin. Je le saluai, et il m’invita à entrer pour boire un verre de bière. Je ne me le fis pas répéter.
Il me reçut avec toute la méticuleuse courtoisie anglaise, parla avec éloge de la France, de la Corse, déclara qu’il aimait beaucoup cette pays, cetterivage.
Alors je lui posai, avec de grandes précautions et sous la forme d’un intérêt très vif, quelques questions sur sa vie, sur ses projets. Il répondit sans embarras, me raconta qu’il avait beaucoup voyagé, en Afrique, dans les Indes, en Amérique. Il ajouta en riant:
– J’avé eu bôcoup d’aventures, oh! yes.
Puis je me remis à parler chasse, et il me donna des détails les plus curieux sur la chasse à l’hippopotame, au tigre, à l’éléphant et même la chasse au gorille.
Je dis:
– Tous ces animaux sont redoutables.
Il sourit:
– Oh! nô, le plus mauvais c’été l’homme.
Il se mit à rire tout à fait, d’un bon rire de gros Anglais content:
– J’avé beaucoup chassé l’homme aussi.
Puis il parla d’armes, et il m’offrit d’entrer chez lui pour me montrer des fusils de divers systèmes.
Son salon était tendu de noir, de soie noire brodée d’or. De grandes fleurs jaunes couraient sur l’étoffe sombre, brillaient comme du feu.
Il annonça:
– C’été une drap japonaise.
Mais, au milieu du plus large panneau, une chose étrange me tira l’œil. Sur un carré de velours rouge, un objet noir se détachait. Je m’approchai: c’était une main, une main d’homme. Non pas une main de squelette, blanche et propre, mais une main noire desséchée, avec les ongles jaunes, les muscles à nu et des traces de sang ancien, de sang pareil à une crasse, sur les os coupés net, comme d’un coup de hache, vers le milieu de l’avant bras.
Autour du poignet, une énorme chaîne de fer, rivée, soudée à ce membre malpropre, l’attachait au mur par un anneau assez fort pour tenir un éléphant en laisse.
Je demandai:
– Qu’est-ce que cela?
L’Anglais répondit tranquillement:
– C’été ma meilleur ennemi. Il vené d’Amérique. Il avé été fendu avec le sabre et arraché la peau avec une caillou coupante, et séché dans le soleil pendant huit jours. Aoh, très bonne pour moi, cette.
Je touchai ce débris humain qui avait dû appartenir à un colosse. Les doigts, démesurément longs, étaient attachés par des tendons énormes que retenaient des lanières de peau par places. Cette main était affreuse à voir, écorchée ainsi, elle faisait penser naturellement à quelque vengeance de sauvage.
Je dis:
– Cet homme devait être très fort.
L’Anglais prononça avec douceur:
– Aoh yes; mais je été plus fort que lui. J’avé mis cette chaîne pour le tenir.
Je crus qu’il plaisantait. Je dis:
– Cette chaîne maintenant est bien inutile, la main ne se sauvera pas.
Sir John Rowell reprit gravement:
– Elle voulé toujours s’en aller. Cette chaîne été nécessaire.
D’un coup d’œil rapide j’interrogeai son visage, me demandant:
– Est-ce un fou, ou un mauvais plaisant?
Mais la figure demeurait impénétrable, tranquille et bienveillante. Je parlai d’autre chose et j’admirai les fusils.
Je remarquai cependant que trois revolvers chargés étaient posés sur les meubles, comme si cet homme eût vécu dans la crainte constante d’une attaque.
Je revins plusieurs fois chez lui. Puis je n’y allai plus. On s’était accoutumé à sa présence; il était devenu indifférent à tous.

Une année entière s’écoula. Or, un matin, vers la fin de novembre, mon domestique me réveilla en m’annonçant que sir John Rowell avait été assassiné dans la nuit.
Une demi-heure plus tard, je pénétrais dans la maison de l’Anglais avec le commissaire central et le capitaine de gendarmerie. Le valet, éperdu et désespéré, pleurait devant la porte. Je soupçonnai d’abord cet homme, mais il était innocent.
On ne put jamais trouver le coupable.
En entrant dans le salon de sir John, j’aperçus du premier coup d’œil le cadavre étendu sur le dos, au milieu de la pièce.
Le gilet était déchiré, une manche arrachée pendait, tout annonçait qu’une lutte terrible avait eu lieu.
L’Anglais était mort étranglé! Sa figure noire et gonflée, effrayante, semblait exprimer une épouvante abominable; il tenait entre ses dents serrées quelque chose; et le cou, percé de cinq trous qu’on aurait dits faits avec des pointes de fer, était couvert de sang.
Un médecin nous rejoignit. Il examina longtemps les traces des doigts dans la chair et prononça ces étranges paroles:
– On dirait qu’il a été étranglé par un squelette.
Un frisson me passa dans le dos, et je jetai les yeux sur le mur, à la place où j’avais vu jadis l’horrible main d’écorché. Elle n’y était plus. La chaîne, brisée, pendait.
Alors je me baissai vers le mort, et je trouvai dans sa bouche crispée un des doigts de cette main disparue, coupé ou plutôt scié par les dents juste à la deuxième phalange.
Puis on procéda aux constatations. On ne découvrit rien. Aucune porta n’avait été forcée, aucune fenêtre, aucun meuble. Les deux chiens de garde ne s’étaient pas réveillés.
Voici, en quelques mots, la déposition du domestique:
Depuis un mois, son maître semblait agité. Il avait reçu beaucoup de lettres, brûlées à mesure.
Souvent, prenant une cravache, dans une colère qui semblait de démence, il avait frappé avec fureur cette main séchée, scellée au mur et enlevée, on ne sait comment, à l’heure même du crime.
Il se couchait fort tard et s’enfermait avec soin. Il avait toujours des armes à portée du bras. Souvent, la nuit, il parlait haut, comme s’il se fût querellé avec quelqu’un.
Cette nuit-là, par hasard, il n’avait fait aucun bruit, et c’est seulement en venant ouvrir les fenêtres que le serviteur avait trouvé sir John assassiné. Il ne soupçonnait personne.
Je communiquai ce que je savais du mort aux magistrats et aux officiers de la force publique, et on fit dans toute l’île une enquête minutieuse. On ne découvrit rien.
Or, une nuit, trois mois après le crime, j’eus un affreux cauchemar. Il me sembla que je voyais la main, l’horrible main, courir comme un scorpion ou comme une araignée le long de mes rideaux et de mes murs. Trois fois, je me réveillai, trois fois je me rendormis, trois fois je revis le hideux débris galoper autour de ma chambre en remuant les doigts comme des pattes.
Le lendemain, on me l’apporta, trouvé dans le cimetière, sur la tombe de sir John Rowell, enterré là; car on n’avait pu découvrir sa famille. L’index manquait.
Voilà, mesdames, mon histoire. Je ne sais rien de plus.

Les femmes, éperdues, étaient pâles, frissonnantes. Une d’elles s’écria:
– Mais ce n’est pas un dénouement cela, ni une explication! Nous n’allons pas dormir si vous ne nous dites pas ce qui s’était passé, selon vous.
Le magistrat sourit avec sévérité:
– Oh! moi, mesdames, je vais gâter, certes, vos rêves terribles. Je pense tout simplement que le légitime propriétaire de la main n’était pas mort, qu’il est venu la chercher avec celle qui lui restait. Mais je n’ai pu savoir comment il a fait, par exemple. C’est là une sorte de vendetta.
Une des femmes murmura:
– Non, ça ne doit pas être ainsi.
Et le juge d’instruction, souriant toujours, conclut:
– Je vous avais bien dit que mon explication ne vous irait pas.

23 décembre 1883

La Main a paru dans le Gauloisdu 23 décembre 1883puis dans Les Contes du Jour et de la Nuit en 1885